STOCKHOLM : la mobilité durable, un exemple inspirant vers la réussite

De Portail de l’initiative de la Francophonie pour des villes durables (IFVD)
Aller à : navigation, rechercher
Sweden Stockholm relief location map.png
Stockholm - Suède
Pays Suède
Situation géographique 59° 19′ 46″ nord, 18° 04′ 07″ est
Maire ou élu Karin Wanngård
Responsable des services municipaux Karin Wanngård
Superficie (km2) 414,00 
Population (Année de référence) 952 058 hab. (2014)
Activités économiques Le siège social de plus de 40 % des

entreprises suédoises 

Adresse et coordonnées de la mairie
  • Tél: 08-508 290 00
  • E-Mail Stockholm : [[1]]

[[2]]

  • Site Internet Stockholm: www.stockholm.se
  • Adresse postale Stockholm : Ragnar Östbergs

Plan 1. Stadshuset 105 35 STOCKHOLM Suède

Présentation générale du cas

La ville de Stockholm s’étend sur 188 km2, est bâtie sur 14 îles, compte 57 ponts et 40 % de son territoire est constitué d’espaces verts et 13 % d’eau. Elle compte 840 000 habitants pour 430 000 logements, ce qui représente une densité de 4 300 habitants/km2. La croissance démographique de la ville augmente de 2 % par année. Avec cette croissance rapide, la ville atteindra un million d’habitants d’ici 2030. La vieille ville a été déclarée joyau mondial par l’UNESCO.

Contexte et justification

Stockholm est un centre dense relié par ses 57 ponts, ainsi qu’une infrastructure routière et ferroviaire centrale et génère une bonne congestion automobile soit l’une des premières sources de pollution dans la région. Compte tenu de la croissance de la population et des changements de comportements, le nombre de voitures augmente de plus en plus et, par le fait même, la congestion. La part d’utilisation du transport en commun est en décroissance. Les décideurs de ville et des régions se sont mis d’accord pour promouvoir le transport en commun en mettant l’accent sur le développement durable objectif qui figure tant dans les visions sur l’avenir de la région que dans le plan d’urbanisme.

Les principaux objectifs étaient de réduire la congestion, d’améliorer l’accessibilité et d’améliorer l’environnement. Le but était de vérifier si l’efficacité du système de circulation pouvait être renforcée par le péage urbain. Tout a commencé en janvier 2006 avec une période d’essai de sept mois pour ce système dont la mise en place a coûté environ 380 millions d’euros et a été rendu permanent en août 2007 suite à un référendum positif. Il a fallu ajouter plusieurs péages au centre-ville: 18 postes de péage autour d’une superficie de 47 km2 où habitent 350 000 résidents.

Problématique de la durabilité urbaine

D’après les chiffres, la circulation dans Stockholm a baissé de 20 à 25 % entre janvier et juillet 2006 et le péage a rapporté huit millions d’euros. Pas étonnant donc que quelques mois plus tard le système ait été de nouveau remis en service, définitivement. Lors de son implantation, le projet-pilote était mal vu des Suédois. Après deux mois d’essai, la majorité des Suédois le trouvait indispensable. Le principe : à chaque passage (entrée dans la ville, mais aussi sortie), des caméras enregistrent la plaque d’immatriculation des véhicules, alimentant ainsi ce qu’on pourrait appeler un « compte péage ». Comment et quand payer ? Seuls les véhicules immatriculés en Suède sont concernés par le système. Ensuite, certains véhicules (notamment les véhicules roulant au gaz naturel, à l’éthanol, etc.) n’ont pas à payer le péage. La facture peut être payée en ligne ou dans certains magasins ou à la banque, et ce, jusqu’à deux semaines après le passage.

Hammarby Sjöstad, le quartier durable de Stockholm

Principales composantes du cas à l'étude

En cas d’oubli, aucune facture n’est envoyée donc c’est à chacun de vérifier son « compte péage ». Vous aurez évidemment le droit à une amende en cas d’oubli. Les voitures peuvent aussi être munies d’un transpondeur relié au compte bancaire du propriétaire, ce qui permet le prélèvement automatique. Si vous entrez avant 7 h le matin avec votre voiture, c’est gratuit.

  • Les résultats sont concluants

La réduction du trafic routier de 18 %, accidents réduits de 5 à 10 %, émissions polluantes réduites de 10 à 18 %, temps de déplacement à l’heure de pointe du matin réduit du tiers, utilisation du transport en commun augmentée de 7 %. Les revenus nets sont plus élevés qu’initialement prévu: ils sont estimés à 100 millions $ pour 20105.

  • Étendue des transports en commun

Les transports en commun ont été étendus avec 197 nouveaux autobus et 16 nouvelles lignes de bus. Cela a fourni une alternative efficace et rapide pour se déplacer aux heures de pointe dans les municipalités environnantes de Stockholm et dans le centre-ville. Lorsque cela est possible, le réseau existant soit autobus, métro et trains de banlieue a été renforcé avec des départs supplémentaires.

  • Plus d’installations de parc-o-bus

Afin d’accroître la facilité des déplacements, un grand nombre de nouveaux parc-o-bus a été construit dans la région. Les parc-o-bus déjà existants et leurs installations ont subi une cure de rajeunissement pour être attrayants. Le métro de Stockholm a été repensé et aménagé avec la mise en place d’une immense galerie d’art moderne avec un décor extravagant dans certaines de ses stations. Sur la ligne bleue par exemple, la roche apparente nous donnera l’impression de voyager au cœur d’une grotte. Certaines de ces cavernes ont été peintes avec des motifs artistiques.

  • Le réseau cyclable

L’amélioration et l’ajout de pistes au réseau de pistes cyclables de 750 km dans la seule ville de Stockholm a donné lieu à des déplacements de 150 000 cyclistes par jour. Le Cykelreseplaneraren – un service Internet d’itinéraires « origine destination » sur pistes cyclables, semblable au service offert en transport en commun a également vu le jour.

  • Le péage urbain au service du développement durable

Stockholm est une ville de 800 000 habitants en pleine expansion qui s’est fixé l’objectif ambitieux de ne plus recourir à l’énergie fossile d’ici 2050. « La ville a mis en place un système de gestion intégrée qui garantit la prise en compte des aspects environnementaux dans le budget de la ville, la planification opérationnelle, les rapports et le suivi de ses activités. »

En 2009, la capitale suédoise a enregistré un niveau d’émission de CO2 de 3,4 tonnes per capita et souhaite atteindre les trois tonnes d’ici 2015. En Europe, les émissions de CO2 se situent plutôt autour de 10 tonnes per capita. Stockholm s’est particulièrement focalisée sur les transports et le chauffage pour obtenir ces résultats. Pour parvenir à ce travail global, seule une entente de concertation est la clé de la réussite, et ce, en impliquant tous les acteurs de la région pour négocier avec l’État afin d’intégrer la mobilité durable et le développement durable ensemble.

Leçons apprises et recommandations

Le péage urbain est montré comme une des innovations majeures en matière de politique des villes. Avec Singapour comme précurseur en 1975, la solution du péage urbain a été suivie par de grandes métropoles telles que Londres et Oslo. Audacieux, ce projet a un double objectif : limiter le trafic dans les zones urbaines et développer un nouveau système de financement des transports collectifs. Est-ce que l’on peut définir cette forme de péage comme une taxe sur la congestion ? Imaginez dans le futur soit en 2030 le temps alloué pour se rendre au travail en voiture et combiner l’augmentation du nombre de voitures sur la route, le résultat serait catastrophique en terme pollution et de congestion. Il faut repenser notre façon de vivre, de se déplacer et de consommer car l’augmentation de la pollution va s’accroître sans cesse et ne diminuera pas dans les années à venir. C’est pourquoi il faut se tourner vers des solutions durables pour contrer les effets négatifs de notre façon de vivre actuelle.

Références 

Revue québécoise d’urbanisme / Volume 32 - Numéro 4 - Novembre 2012

Pour consulter cet article: www.aqu.qc.ca • info@aqu.qc.ca

[1]